Fruits, légumes et arthrite

Fruits et légumes à l’honneur
  Certaines études ont rapporté qu’une alimentation végétarienne pourrait aider à soulager les symptômes d’arthrite et d’arthrose. Cela pourrait entre autres être associé au fait que l’alimentation végétarienne est souvent riche en fruits et en légumes, qui aident à gérer son poids tout en étant riches en vitamine C et en antioxydants.

  Ces derniers sont importants puisqu’ils tendraient à atténuer les symptômes arthritiques. L’idée est donc de mettre les fruits et légumes colorés en vedette au menu quotidien (au moins quatre portions de fruits et quatre portions de légumes à chaque jour).

    Une assiette développée par les diététistes du groupe Harmonie Santé est un bon outil aidant à mettre les légumes en vedette en encourageant à remplir la moitié de son l’assiette de légumes, et ce le midi et le soir.

      Un menu végétarien renferme moins de gras saturés (gras animaux qu’on trouve dans les viandes, les charcuteries…), qui semblent favoriser l’inflammation. On diminue donc la fréquence de consommation de viande grasses, et on favorise les protéines animales maigres (poitrine de poulet, filet de porc…), les poissons et les protéines végétales (tofu, noix, légumineuses…).

  Les légumineuses ont aussi l’avantage d’être riches en fer, ce qui est bénéfique pour les personnes arthritiques qui ont davantage tendance à faire de l’anémie. La vitamine C fournie par les fruits et légumes aidera à l’absorption du fer d’origine végétal comme celui des légumineuses.

  Contrairement aux gras saturés, les bénéfiques gras polyinsaturés oméga-3 semblent favoriser la diminution de l’inflammation. On trouve ces bons gras insaturés dans les poissons gras (saumon, sardine, maquereau…). Il est d’ailleurs recommandé de miser sur au moins deux à trois repas de poisson par semaine.

  On trouve aussi des oméga-3 dans certains aliments d’origine végétale comme les graines de lin moulues, les graines de chia, les noix de Grenoble, l’huile de canola, certains aliments enrichis comme les œufs oméga-3, le lait oméga-3…

  En parallèle à la consommation d’aliments riches en oméga-3, il est recommandé de limiter l’utilisation d’huile de maïs et l’huile de tournesol (qui sont riches en oméga-6 et qui auraient davantage tendance à être pro-inflammatoires). On leur préfère les huiles d’olive ou de canola par exemple.